Auteur : Vincent CARLOTTI

L’affaire de Rondinara n’est pas une affaire juridique mais politique

L’affaire des constructions litigieuses des villas de la baie de Rondinara, à Bonifacio, soulève à juste titre beaucoup d’émotion en Corse. Comme souvent dans ce genre de dossier on a beaucoup de mal à discerner le vrai du faux, et surtout à faire la part de ce qui est vraiment important de ce qui est malgré tout accessoire. Sur la plan juridique d’abord : mon vieux père me disait souvent qu’il n’y avait rien de plus tordu que le droit. Il avait raison, surtout quand il s’agit du droit de l’urbanisme , complexe, et à l’application très souvent sujette...

Read More

Comme une poule devant un couteau…

C’est une drôle d’expression qu’a employé le Premier Ministre en faisant allusion à la Corse lors de son discours d’investiture devant la représentation nationale. La Corse aurait émis, selon lui, un vote identitaire. Si la question identitaire est importante pour les nationalistes corses, qu’ils soient autonomistes ou indépendantistes, il ne leur viendrait pas à l’idée de considérer que les scores impressionnants qu’on réalisé leurs trois députés le 18 juin  dernier, en moyenne de plus de 60% des suffrages, signifient  une conversion  à l’acception nationaliste de la question de l’identité dont personne ne songe naturellement à nier l’importance dans l’Île. Reste...

Read More

Le clanisme a besoin du silence pour prosperer

Le quotidien Corse Matin reproduit dans sa dernière édition les déclarations du procureur de la République concernant les derniers développements des affaires de détournement de fonds publics au conseil général de haute Corse et à la CTC consécutives aux emplois fictifs et aux dérives des proches du président Paul Giacobbi. Naturellement seul le tribunal correctionnel est compétent pour décider si les 10 personnes mises en examen dans ce dossier par le juge d’instruction sont coupables: elles bénéficient en attendant de la présomption d’innocence. On n’en est pas moins confondu par les révélations du procureur sur l’ampleur des détournements, qui...

Read More

Corse: faut il amplifier le changement ?

Si tout se passe comme prévu il y aura en Corse de nouvelles elections territoriales à la fin de l’année, pour élire une nouvelle assemblée de Corse ou les élus seront un peu plus nombreux et disposeront d’un peu  plus de compétences dues pour l’essentiel à la fusion de la CTC avec les deux conseils départementaux de l’Île. Déjà la presse insulaire et le monde politique commencent à s’ébrouer et à  échafauder des scénarios, imaginent toutes sortes de combinaisons, bref se livrent à leur sport favori: la pulitichella. On avait eu un premier aperçu de ces manœuvres avec l’investiture de quatre rescapés...

Read More

Mon vote le 11 juin 2017

Au premier tour dit on,  on choisit, et au deuxième on élimine. Choisir c’est d’abord avoir vraiment le choix et trouver l’offre politique qui correspond à vos convictions. Dans la deuxième circonscription de haute Corse ou je vote et ou j’ai été à moi même à deux reprises candidat aux elections législatives, il n’y a pas de candidat qui représente ma famille de pensée, la gauche socialiste ou plutôt social réformiste. Il me reste donc à choisir parmi les candidats celui qui se rapproche le plus de mes convictions sans appartenir à cette famille. Souhaitant que le président de...

Read More

A propos de Vincent CARLOTTI

Vincent CARLOTTI est un homme politique français, né à Aléria le 3 mai 1942.

Ancien élève de l'Institut National Agronomique et Ingénieur en Informatique, il est le fondateur de la société informatique SITEC en Corse.

Ancien secrétaire fédéral du PS de Haute Corse et ancien maire d'Aléria, il a été également Vice Président de la première Assemblée de Corse.

Fondateur du Club "La gauche autonomiste", Vincent CARLOTTI est également responsable de la section Corse du mouvement ANTICOR.

Abonnez vous à ma liste de diffusion !

Catégories